LA BALADE DES GENS HEUREUX

Publié le par lapin

Je veux des gens heureux.

Marre des sociopathes, psychopathes, agoraphobes, asociaux, hypocondriaques, des mille-pattes et des pâtes tout court.

 

 

 

 

 

Dans le monde, tout le monde a des problèmes, ça va de la griffure sur la voiture à la destruction de sa maison et de sa vie par un tremblement de terre.

Alors j’aimerai bien qu’on m’écoute un peu.

 Mettons nous devant un miroir de grande taille, regardons nous.

 

 Avez-vous une maladie incurable qui vous fait souffrir ?

L’un de vos proches a-t-il une maladie grave ?

Êtes vous dans le besoin au point de ne pas savoir ce que vous allez manger demain et où vous allez dormir ?

Avez-vous une infirmité difforme, êtes vous particulièrement laid (trois yeux sur le front dont deux qui louchent) ?

Avez-vous le QI d’une huître ?

 

Pour la plus part d’entre nous, la réponse à ces questions est NON !!!

Pour ceux qui répondent à l’affirmative à l’une de ces questions, je suis certaine que vous avez autre chose dans la tête que le petit bobo de la journée de boulot. Et j’espère que le reste va s’arranger.

 

Je n’ai pas un caractère stable et optimiste, mais j’essaye tous les matins de compter les points de ce qui va et de ce qui ne va pas. Vous savez, la plupart du temps les points positifs dépassent les points négatifs.

 

Pourtant, autour de moi, je ne vois que des gens malheureux : Quand tout va bien, tout va mal !

 

Je vis avec des gens angoissés, stressés, surmenés, anxieux, fatigués, épuisés moralement, mal dans leur peau, pathétiques, souffreteux, écoeurés, malmenés, hystériques, déboussolés, grincheux, calamiteux, abrutis…

 

Je les regarde, je les vois, je ne les comprends pas.

J’ai trente ans, la vie n’a pas toujours été toute rose, mais je sais que j’ai eu beaucoup de chance, à beaucoup d’égard.

Je sais que quoi qu’il arrive, je m’en tire toujours, la vie me mène là où elle doit me mener et c’est toujours pour mon bien.

Je râle, je me bats, je vocifère, j’harangue, je m’agite, je dis tout haut ce que les autres pensent tout bas, je lutte et je fonce, toujours je fonce.

Je fais mes choix, je les assume, je décide encore et encore autre chose.

Je suis parti à Montpellier pour mes études, je suis parti à Blois pour le travail, j’ai voulu revenir à Perpignan, je suis à Perpignan.

J’ai une sœur géniale, une mère, un père, une belle mère, une belle sœur et sa famille, une belle tante que j’aime, des proches, des amis, alors tous les jours je pense que le bonheur ce n’est pas autre chose.

 

A ceux qui vont mal, je les plains de tout mon cœur et si je peux, je ferai tout ce que je peux pour les aider, aux autres, remuez votre popotin !!!

Publié dans titilapin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le doudou rassure et réconforte bébé à tous les instants. 24/02/2015 17:48

.

Catherine 20/06/2006 08:40

Oui Titi tu as raison ... il faut rester optimiste, sans être béat.Et surtout qu'on entend ton nom partout en ce moment. Allez Titi ! Allez Titi !Pffffffffffffffff,  c'était pas de toi qu'on parlait, mais de Thierry Henry. Tant pis, mois je continue à clamer : Vive Titi, mais Titi LAPIN.Bisous.

dabeuldji 18/06/2006 09:59

un pessimiste est un optimiste qui a de l'expérience; mais de la vie ou du verre à moitié vide ou à moitié plein c'est que de toute façon le contenu n'est jamais approprié au contenant , la différence c'est la volonté qu'on en a de combler ou de déblayer ce qui ne va pas pour y vivre en harmonie !

Maman de Claire 16/06/2006 23:34

Toi ...tu penses comme nous ;o))) Vive la vie!